Vous êtes ici: Archives / Numéros parus / N°381

CENT ANS : Guides en fête

Le 11 octobre dernier, douze mille Guides envahissaient
la Citadelle de Namur pour célébrer le centenaire du mouvement. Pas de grands chambardements, mais une volonté de faire la fête...

On le devait à nos membres. Le rassemblement de 2007, pour le centenaire de Baden Powell, avait marqué tout le monde. On s’est dit qu’il fallait revivre cela », raconte Sophie Stevens, présidente des Guides Catholiques de belgique (GCb). « Le mouvement existe grâce à sa dimension locale. Et grâce à ses fondamentaux : une pédagogie non formelle dans un environnement qui est autre que celui de l’école ou du monde des clubs sportifs. Chez nous, on prend toute la mesure de ce parcours évolutif de l’enfant : à son rythme, on lui permet de se déve- lopper et de maitriser ses talents. Grâce à l’anima-
tion, il prend à son tour des responsabilités. »

ANNÉE CENTENAIRE.

Le rassemblement sur la Citadelle n’était qu’un moment dans les divers temps de cette année du centenaire. Il y a six mois, des États généraux étaient organisés. « Pour consulter les membres et les animateurs, pour continuer à moderniser la pédagogie et pour poursuivre l’adaptation aux réalités changeantes du terrain », explique Sophie Stevens. Comme l’engagement plus court des animateurs : seulement deux ans, en moyenne.
Les États généraux ont aussi permis de valider un travail de réflexion sur l’identité chrétiennedu mouvement entamé depuis un an et demi. « Une identité ouverte et tolérante, souligne la jeune présidente. On a questionné les membres là-dessus. Personne ne veut qu’on enlève notre spécificité catholique. Beaucoup attendent aussi des outils pédagogiques et du soutien sur ces questions de sens. »

MIXITÉ ET COLLABORATIONS.

Avec 23000 membres et 170 unités, les GCb constituent le deuxième mouvement de jeunesse en belgique francophone. Finie l’image vieillotte du mouvement. « L’accueil des garçons remonte déjà à 1979. Aujourd’hui, ils composent près de 20% des membres ». Finies aussi les rivalités avec les frères scouts. « Les relations sont bonnes et se vivent dans le respect mutuel. Nos États généraux ont aussi insisté pour déve- lopper des coopérations pratiques sur certaines matières, comme la formation de base des animateurs. »
Dans six mois, Sophie Stevens quittera ses fonctions de présidente. Avec un sentiment de mission accomplie : un centenaire réussi et un mouvement stabilisé.

Stephan GRAWEZ

D’autres photos sont visibles sur notre page FACEBOOK : https://www.facebook.com/lappelmagazine/photos_stream

Mot(s)-clé(s) : Le plus de L’appel
Partager cet article
Vous êtes ici: Archives / Numéros parus / N°381