Vous êtes ici: Archives / Numéros parus / N° 348

Edito

Chaud l’été.

En septembre 2011, 350 prêtres au- trichiens lançaient un appel à de profondes réformes dans l’Église catholique. Ils réclamaient l’ordination des femmes et de personnes mariées, l’autorisation de communion pour les divorcés et le droit pour des pratiquants non ordonnés, hommes et femmes, de prononcer des sermons et de diriger des paroisses. Dans la foulée, comme le rap-
pelait à L’appel le théologien Paul Tihon, ce mouvement a touché d’autres contrées (Allemagne, Flandre, France). Dans ce pays, Gérard Bessière a assemblé deux mille signatures autour de l’appel « Donnons la parole au silence ». Celui-ci énumère cinq grands points sensibles, assez proches de
ceux soulevés par les Autrichiens, et ouvre trois questions : « Promouvoir des communautés », « Qu’allons-nous faire dans la mutation du monde ? » et « L’Évangile sauvera l’Église ? ». De quoi montrer qu’un peu d’air frais anime encore le cœur de certains catholiques.
Et voilà qu’on apprend que le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, envisage de prendre des mesures disciplinaires contre les prêtres qui ont signé ce qu’il nomme un « appel à la désobéissance » et qu’il considère comme « inadmissible ». Ceux qui croyaient les « coups de crosse » d’un autre âge se sont lourdement trompés...
Au même moment, à Louvain-la-Neuve, les esprits s’échauffent au sein du monde paroissial. Deux des prêtres très actifs à la paroisse St-François sont en effet renvoyés dans leur diocèse d’origine et, à leur place, l’archevêque de Malines-Bruxelles a décidé d’importer deux prêtres de la Communauté de l’Emmanuel, figure de proue du mou- vement charismatique. Et ce alors que le séminaire de l’université s’était déjà trans- formé en un foyer inspiré par ce courant. Plusieurs responsables laïcs de la paroisse ont donc choisi de se rebeller et ont démissionné. L’archevêque estime toutefois que tout cela ne sera que tempête dans un verre d’eau...
Quel étonnement encore lorsqu’une dépêche de l’agence Cathobel rappelle que c’est la Conférence épiscopale belge qui nomme l’aumônier des scouts d’Europe-Belgique, mouvement dont on connaît le positionnement politique et idéologique. Et que l’on découvre du même coup l’identité du nouvel élu, choisi donc par les évêques : un prêtre du clergé de la Prélature de la Sainte-Croix et de l’Opus Dei, ingénieur civil de l’UCL et, comme il se doit en pareil cas, docteur en théologie à l’Université de Navarre en Espagne.
Vu la météo maussade dont la Belgique a fait les frais au cours de ce printemps froid et pluvieux, tout le monde espère que l’été sera chaud. Mais n’annonce-t-on pas plutôt le début une nouvelle ère glaciaire ?...
Pour ceux qui auront néanmoins l’occasion de profiter de l’été, nous proposons une nouvelle fois au cœur de ce numéro un supplément original, avec quelques bonnes idées de délassements différents. Profitez-en bien. L’appel vous retrouvera à la rentrée.

Frédéric ANTOINE

Mot(s)-clé(s) : L’édito
Partager cet article
Vous êtes ici: Archives / Numéros parus / N° 348