Vous êtes ici: Archives / Numéros parus / N° 363

Edito

Graines d’utopies

Les fêtes de fin décembre, et singulièrement le passage d’une année à l’autre, constituent depuis toujours l’occasion de s’échanger des voeux. Souvent conventionnels, parfois originaux, ces souhaits sont, pour certains, aussi peu réalistes que les bonnes résolutions auxquelles on s’engage au même moment… tout en sachant qu’elles n’auront que peu de chance de tenir le coup plus de quelques semaines. Cependant, baignant dans le climat toujours un peu irréel qui entoure ces périodes de fin de l’année, qui ne voudrait y croire, ne fût-ce qu’un moment ? L’occasion n’est-elle pas tentante de pouvoir sublimer la dureté de l’existence quotidienne, de ses épreuves et de ses peines ? Chacun a alors bien envie de se dire : « Rêvons un peu… »
Mais une fois la période des voeux passée, le retour à la vraie vie peut s’avérer pénible…Les voeux et les souhaits exprimés à l’occasion de la « Bonne Année » ne peuvent-ils donc être que des chimères, et l’ascenseur de l’existence doit-il toujours ramener au rez-de-chaussée celui qui songe à s’élever un peu ?

Et si, au contraire, il y avait des rêves qui pouvaient devenir réalités ? Et même, parfois, des rêves que l’on n’aurait jamais imaginé pouvoir se concrétiser, comme on l’a beaucoup rappelé lors de la récente disparition de Nelson Mandela ? Cet homme-là avait une aspiration à laquelle il a consacré l’essentiel de sa vie : voir les Noirs de son pays y devenir l’égal des Blancs, et les faire vivre ensemble. S’il était une utopie en Afrique du Sud, ce ne pouvait être que celle-là. Mais Mandela a réussi à rendre réel ce qui était impossible. Tout comme il était arrivé à faire de ses ennemis d’hier, les défenseurs de l’apartheid, ses frères et soeurs du lendemain. « I have a dream » disait Martin Luther King dans son célèbre discours du 28 août 1963 devant le Mémorial Lincoln de Washington. Aux USA comme en Sud de l’Afrique, les gigantesques espoirs de ces êtres-là sont parvenus à quitter le royaume de l’impossible, en se transformant en réalité goutte après goutte. De combat pacifique en victoire silencieuse, ils ont fini par s’imposer à tous.

Admirables, faisant de leurs initiateurs des icônes des temps modernes, ces cas ne sont pas cependant pas uniques, ou limités à quelques situations hors-normes portées par des êtres extraordinaires.

Dans bien des secteurs, ce que l’on pensait hier n’appartenir qu’au domaine de l’irréalisable peut, pas à pas, se transformer en semence concrète. En plantant graine après graine, l’utopie, un jour, se met à pousser, à bourgeonner et puis fleurir. Même au coeur de l’hiver.

C’est à ces petits indices d’une chose que l’on croit inatteignable que nous consacrons notre rubrique « Éclairage » de ce numéro de janvier. Parce que le début de l’année est la période des voeux. Et que, nous en sommes convaincus, il ne faut quelquefois que peu de chose pour qu’un souhait irréalisable se change en une amorce de réel. Sans devoir recourir à la baguette magique d’une fée. Mais grâce à la volonté des femmes et des hommes qui y croient.

Qu’en 2014, un peu d’utopie se métamorphose en réalité dans la vie de chacun de vous : tel est le voeu de L’appel pour vous, amies et amis lecteurs. Bonne année !

Frédéric ANTOINE

Mot(s)-clé(s) : L’édito
Partager cet article
Vous êtes ici: Archives / Numéros parus / N° 363