Vous êtes ici: Accueil / N°440

L’INDISPENSABLE RÉFORME DU FINANCEMENT HOSPITALIER

« Il y a assez d’argent, mais il est mal utilisé. » Tel est le constat établi par les auteurs d’un ouvrage récent consacré au financement des hôpitaux en Belgique. La Belgique est en effet l’un des rares pays où la rémunération de l’activité médicale se fait principalement à l’acte. Les revenus du médecin sont alors liés au nombre de prestations qu’il réalise. Et non par pathologie, comme c’est souvent le cas ailleurs.
Une réforme est d’autant plus indispensable qu’avec le vieillissement de la population ou la spécialisation accrue des technologies, les coûts ne vont cesser de croître.

« Cela fait longtemps qu’on dit qu’en Belgique, il faudrait revoir le système de financement, explique Guy Durant, ancien professeur à l’école de santé publique à l’UCLouvain et coauteur de l’ouvrage Le financement des hôpitaux et de l’activité médicale. Ce livre peut être une source d’inspiration pour les décideurs ainsi que pour les fédérations hospitalières. Pourquoi la Belgique est-elle tellement atypique ? Elle est un pays du compromis où le pouvoir du lobbying est important. On est face à une espèce de patchwork tout à fait alambiqué devenu désuet et inefficace. Cela ne veut pas dire qu’on dépense plus que les autres pays, mais avec le système actuel, on ne pourra pas faire face à l’augmentation inéluctable des coûts, il faut se moderniser pour rencontrer les défis de demain. Ce système ne correspond plus au concept moderne d’un financement responsable et responsabilisant pour les acteurs. »

Cet article est disponible en PDF au prix de 2€ : secretariat@magazine-appel.be.

Partager cet article
Vous êtes ici: Accueil / N°440