Vous êtes ici: Archives / Numéros parus / N° 354

Edito

L’appel des finances.

Boîte-aux-lettres vide : pas de journal Le Soir ce samedi 15 décembre. Encore une erreur de la poste ? Pas du tout : la veille, le personnel du journal s’était tout bonnement mis en grève suite à l’annonce de réductions drastiques d’effectifs. La direction évoquait une baisse des rentrées publicitaires. Mais elle ne rappelait pas que, au même moment, le journal lançait une nouvelle formule d’abonnement sur internet et sur tablettes, avec promesse de nouveaux contenus exclusifs, plus originaux et plus riches. Quelques jours plus tôt, d’autres groupes de presse avaient annoncé d’autres plans sociaux. Des journaux papier commencent aussi à disparaître, croyant que leurs lecteurs continueront à les acheter quand ils ne seront plus que sur internet. Aux USA, c’est le pari du fameux magazine Newsweek. Mais dans le même temps, The Daily, premier journal conçu uniquement pour tablettes, fermait ses portes faute d’abonnés, après seulement vingt mois d’existence.
Les médias écrits se cherchent désespérément un nouveau souffle...
Et L’appel dans tout cela ? reposant essentiellement sur le bénévolat de ses jour- nalistes, votre magazine ne rencontre pas tous les problèmes de ses confrères. En répartissant autrement notre parution, nous avons même augmenté le nombre de nos pages ! Mais nous connaissons la crise de la publicité et celle des abonnements, surtout du côté des paroisses. L’âge d’or des achats en toutes-boîtes sous la houlette de M. le curé appartient au passé. Nos abonnés font aujourd’hui le choix de nous acheter. Nous en sommes fiers. Mais pour nous aussi, imprimer a un coût. L’appel est activement présent sur internet (www.magazine-appel.be). Mais nous croyons aussi que rien ne remplacera jamais le support papier dans le porche d’une église, une salle d’attente, un lieu de réunion, un couloir d’hôpital, une salle de profs ou une classe. C’est pourquoi L’appel cherche à être gratuitement présent dans divers lieux publics.
La gratuité sur internet et dans des endroits de plus en plus diversifiés a un coût. Celui- ci est en partie assuré par nos abonnés payants. Une autre est assurée par l’une ou l’autre aide, comme celle de la Fédération Wallonie-Bruxelles, mais celle-ci n’a rien de systématique et ne nous est pas garantie. Nos finances nous le prouvent : le modèle économique de L’appel, solide à l’heure actuelle, ne tient que grâce à un fil : celui des dons des lecteurs. Chaque année, ce sont eux qui nous permettent de boucler notre budget. Sans vous, L’appel ne pourrait pas continuer à se répandre dans le monde. Nous ne pourrions pas montrer que l’évangile est toujours à l’œuvre au quotidien, et démontrer qu’une voix libre et indépendante est toujours possible, voire essentielle, dans le monde des églises d’aujourd’hui. vous nous êtes indispensables. Merci déjà.
Frédéric ANTOINE, rédacteur en chef
redacteurenchef@magazine-appel.be
Paul FRANCK, président du conseil d’administration

Mot(s)-clé(s) : L’édito
Partager cet article
Vous êtes ici: Archives / Numéros parus / N° 354